Les autorités appellent à la prudence : des analyses sur des produits hydroalcooliques pour les mains vendus en France ont mis au jour des non-conformités, voire de problèmes de sécurité. La répression des fraudes (DGCCRF) annonce ce mercredi avoir effectué plus de 180 prélèvements ciblés sur des gels et des solutions hydroalcooliques, en ces temps d' épidémie. Résultat : « 73 % des produits analysés à ce jour ont été déclarés soit non conformes (38 %) soit non conformes et dangereux (35 %). »

La DGCCRF précise avoir ciblé les produits « pour lesquels les analyses sont le plus susceptibles de révéler des dangerosités » : « Les taux d'anomalie et de dangerosité présentés sont, par construction, nettement supérieurs à ceux des produits présents sur le marché. »

 

 

La répression des fraudes pointe du doigt, chez les échantillons épinglés, une trop faible teneur en alcool ou bien un étiquetage « incomplet ou incorrect », voire « minimisant les dangers ». Les produits identifiés font l'objet de mesures de retrait ou de rappel, souligne la DGCCRF dans son communiqué.

 

Quelques conseils

Alors, comment choisir ? Plusieurs recommandations sont également délivrées aux consommateurs. Seules les solutions ou gels hydroalcooliques ayant une teneur en alcool, « exprimée en volume, d'au moins 60 % ou répondant à la norme EN 144766 sont efficaces en matière de désinfection ».

L'alcool est un produit facilement inflammable, rappelle la DGCCRF. « Ces dangers et les précautions d'emploi à suivre pour les utiliser en toute sécurité doivent être indiqués sur l'étiquette. »

Les autorités demandent aussi aux familles de faire attention aux enfants, notamment quand ils sont en contact avec les distributeurs disposés dans les lieux recevant du public : « A l'accompagnateur de prendre lui-même la solution ou le gel hydroalcoolique dans la paume de sa main et l'appliquer sur les mains de l'enfant. »

 Les produits hydroalcooliques peuvent en effet « être à l'origine de troubles oculaires ». « En cas de projection dans l'œil, rincer immédiatement l'œil pendant une quinzaine de minutes sous un filet d'eau », insiste la DGCCRF. « Après le rinçage, si l'enfant présente une douleur vive, consulter un ophtalmologue ou appeler un centre antipoison qui guidera la prise en charge. »

Source : Article publié dans Le Parisien / 18/11/2020

gel hydroalcoolique

Gel Hydroalcoolique : Kleengel, Une Entreprise Engagée

Le gel hydroalcoolique est devenu, en quelques mois seulement, un indispensable dans tous les sacs à dos du monde pour lutter contre la pandémie de coronavirus. Spécialisé dans les gels pour les se...
gel hydroalcoolique

KLEENGEL : LES GELS HYDROALCOLIQUES D’UNE ENTREPRISE SOLIDAIRE

Entre traçabilité des matières premières et responsabilité de la production, les gels hydroalcooliques Kleengel fabriqués en France par l’entreprise Kleenpharm équipent à ce jour de nombreuses str...

Gel hydroalcoolique Comment bien le choisir?

En France et ailleurs, plusieurs gels hydroalcooliques ont fait l’objet d’alertes et de campagnes de rappel. Leur composition ne permettait pas de garantir un effet virucide. Un comble, en pleine ...